La Maison Combes Jacomet (1891)

Cliquer sur la langue de votre choix pour écouter le guide

Icône Retour à la carte (lien)
Retour à la carte


Galerie en bas de page.

Au 6 rue Courteline se trouve un hôtel particulier du début du XX° siècle dont le style se démarque des constructions du quartier.
Cette demeure imposante appelée la Maison Combes Jacomet était la propriété de Marie-Alphonsine Combes née Jacomet. Avec son mari Joseph Hippolyte, ingénieur civil.
Elle a acquis le terrain en 1888. Il comportait des bâtiments agricoles écuries et greniers et dès 1891, elle entreprit de confier la construction à l’architecte Viggo Dorph Petersen qui s’était établi à Perpignan en 1886, coqueluche de la bourgeoisie perpignanaise de la fin du XIX° siècle et début XX°s et a beaucoup bâti de grosses demeures bourgeoises. Le quartier Gare compte 3 autres bâtiments dessinés par Petersen : la Villa des Tilleuls avenue de Grande Bretagne, l’Hôtel Drancourt et l’immeuble Bardou Ribo, tous deux situés avenue du Général de Gaulle. Mais ses constructions les plus connues restent le Château de Valmy à Argelès/mer, le Château d’Aubiry à Céret et le Château Ducup de St Paul à Perpignan.



C'est donc une de ses premières œuvres que Petersen, formé aux Beaux-Arts de Paris réalise en pays Catalan. On y retrouve le style des demeures bourgeoises de l'Ile de France utilisant la pierre comme matériau de construction, la brique décorative et l'ardoise couvrant des toitures à la Mansart, dans une composition de façade encore très académique. Petersen n'avait pas encore exploité les éléments décoratifs de l'Art Nouveau ou modernistes qu'il mettra en œuvre plus tard sur l'hôtel Drancourt et bien d'autres.
Achetée par la Ville pour l’extension de l’école JJ Rousseau, cette bâtisse a failli être détruite si les associations patrimoniales et du quartier ne s’étaient pas insurgées. C’est à ce moment-là̀, que dans les archives municipales le nom de l’architecte fut trouvé́ et la maison sauvée. Le 7 février 2020, la Maison Combes Jacomet fut cédé́e pour l’euro symbolique à l’association Joseph Sauvy en échange de sa restauration.

POUR INFO : Mme Marie-Alphonsine Combes née Jacomet a acquis le 12 septembre1888 un immeuble composé d’écuries, grenier à foin, magasins, remises, habitation, cour et dépendances situé à Perpignan, quartier de la Gare au lieu-dit St Assiscle, à l’est de la rue Valette (depuis le début des années 30, ce tronçon s'appelle rue Courteline). Cette propriété appartenait auparavant à M. Prax Zéphirin, entrepreneur de ramonage et de roulage.
Son mari Joseph Hippolyte épousé le 11 octobre 1879 à Prades était ingénieur civil. Visiblement, la famille de Mme Combes était relativement fortunée d’après l’acte de mariage. Ainsi en 1891, elle entreprit de confier la construction de sa maison rue Valette à l’architecte Viggo Dorph Petersen qui s’était établi à Perpignan en 1886.
Dans les archives, les contrats des travaux sont consignés par M. Gauze, clerc de notaire à Perpignan, séquestre qui paye les sommes dues après validation de l’architecte.
Ainsi, M. Caseponce, maître maçon à Perpignan est payé 8795,62 Frs, M. Vidal Michel, serrurier 1209,85 Frs. La Charpente bois est construite par M. Durmallarch pour 2571,56 Frs.
M. Lacombe, sculpteur à Perpignan pour la fourniture de granit, pierre de Beaucaire et pierre de Barutel touche la somme de 4534,69 Frs. M. Valette, entrepreneur en menuiserie est payé 4068,61 Frs. Mrs Lesire et Bonrepeaux, marchands de fer encaissent 215,55 frs. M. Huchedé Bertrand, couvreur à Béziers reçoit la somme de 3415,45 Frs. Même le coût des papiers peints achetés à Perpignan est mentionné pour 461,35 Frs.

Boutons de partage social

Association Perpignan La Gare / Comité d'Animation La Gare