La maison Julia

La maison JULIA est située au numéro 24 de la rue du 14 juillet. Son architecte n’est autre que Louis TRENET (oncle de Charles) dont le cabinet d’architecture était au 57 avenue de Gaulle. Le 27 janvier 1928, M. JULIA, courtier, dépose un permis de construire afin de bâtir un petit hôtel particulier sur un terrain lui appartenant (la fin des travaux sera pour 1929). On apprend que la hauteur de façade ne doit pas excéder 10,45 m et que le délai de construction ne doit pas dépasser 1 an. Les archives du fond TRENET sont riches de renseignements sur la construction et son coût. Un récapitulatif des travaux nous apprend que le montant total des intervenants s’élève à 144 398,28 Frs. L’entrepreneur était François BAILLœuil installé rue de Paris. Les travaux de maçonnerie s’élevaient à 80 793,65 Frs. Un certain Jules BARRIERE qui avait un atelier de peinture et décoration au n°5 de la place de Belgique a fourni des vitraux, tapisseries, glaces, et des travaux de peinture pour une somme de 9 862,93 Frs. La Miroiterie Perpignanaise, sise au 13 avenue de Grande-Bretagne a découpé 36 glaces biseautées de 27 x 22 cm (8,75 Frs l’unité). Joseph POLIT, maçon, installé rue Béranger s’est occupé de la construction de l’égout. Jean GORCE, menuisier au n° 5 de la rue d’Alger s’est engagé pour 19 390,60 Frs. Mais, ce qui est très intéressant est de savoir que Louis TRENET s’est occupé de tous les petits détails, allant même jusqu’à dessiner une console pour l’entrée, le croquis de la mosaïque ou des vitraux (qui ont été crées par la Maison DAGNANT à Bordeaux), et commander un service à verres (eau, bord, coupe, madère, carafes) à Jean LUCE, artiste verrier parisien. Quant à la chambre de Madame, la Maison J. VILLAREM (15 rue Foch) a fourni les tentures et a décoré. Louis TRENET, né à Perpignan le 1er novembre 1886, mort le 7 décembre1955. Son père Claudius est également architecte. Après les études secondaires, il part pour Paris pour y suivre les cours de l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts. Et de l'École des Arts Déco, dont il sortira diplômer d'état. Il seconde ensuite son père dans la réalisation de plans (maisons et villas, boutiques…), puis lui succède à la tête de son cabinet d'architecture, et dans le titre d'architecte à vie de la Banque de France. Au long de sa carrière, Louis sera successivement : membre de la Société Archéologique de France, lauréat du concours public entre architectes français, architecte attitré de la succursale Perpignanaise de la Banque de France, membre du jury du midi de la France pour le centre régional de l'Exposition de 1937, membre de la Société Agricole Scientifique et Littéraire du Roussillon, section Archéologie, architecte agréé par le Ministère de la reconstruction , expert auprès des tribunaux. Louis Trenet a réalisé un nombre considérable d'immeubles, hôtels particuliers, maisons de notables. Son œuvre est omniprésente dans tout le Roussillon, marquant de son empreinte l'architecture de la première moitié du XX ° siècle. Il conserve le respect de la tradition, qu'il allie au modernisme, il adopte des lignes sobres, mais il en adoucit la rigueur par la grâce des tuiles roses, la fraîcheur des porches, le dessin des escaliers extérieurs, et des patios où chantent des fontaines. Comme tous les siens, Louis Trenet était un artiste accompli, qui laisse une œuvre importante de peintures, huiles, pastels, aquarelles au talent indéniable.