L'hôtel Drancourt

Un ouvrage vient d’être publié sur l’architecte danois Viggo DORPH PETERSEN, ainsi nous apprenons quelques éléments complémentaires sur l’hôtel Drancourt, situé au n°21 avenue de Gaulle.
Emile DRANCOURT était un négociant en vins prospère. Dès 1894, il est implanté dans le quartier Gare. Le 10 décembre 1899,  les travaux de sa nouvelle résidence, aux allures de petit château débutent. Il porte son choix sur l’architecte en vogue à cette époque et coqueluche de la bourgeoisie locale, Viggo DORPH PETERSEN après avoir vu (d’après sa petite fille) le château d’Aubiry en se rendant à Céret.
L’entrepreneur de maçonnerie est Pierre PARES (il travailla beaucoup avec Petersen).

(sources : Un architecte dans les Pyrénées-Orientales, Jean-Marie Rosenstein)

Cet hôtel particulier tout à fait original a été commandé par M. DRANCOURT, qui était un grand négociant en vin. Sur l’arrière et les côtés, il y avait un entrepôt et des quais d’expédition. Mais cette immense propriété, au début des années 50 a été découpée puis d’autres immeubles d’habitation sont apparus (rue Cabrit et impasse Drancourt), si bien qu’aujourd’hui on observe que la demeure principale est simplement entourée d’un petit jardin.

L’Hôtel de M. EMILE DRANCOURT

Par l’architecte danois Viggo Theodor Dorph-Petersen (Barfredshøj, 9 février 1851 - Perpignan, 23 juillet 1937). Viggo DORPH-PETERSEN est né au Danemark en 1851 d'une famille nombreuse, il est élève au Tekninsk Institut puis diplômé de l'École des Beaux-arts de Copenhague. Petersen arrive en France à l'âge de 28 ans et poursuit ses études aux Beaux-arts de Paris. Il épouse une française originaire de Castres. Celle-ci est souffreteuse et son médecin lui conseille de vivre au grand-air. Les Petersen s'installent dans la ville thermale de Vernet-les-Bains où il construit un hôtel (Hôtel du Portugal). Son talent et son originalité ne passent pas inaperçus. Petersen s'installe à Perpignan. Sa réputation établie, il devient la coqueluche de la bourgeoisie catalane. Il est nommé vice-consul du Danemark à Perpignan en 1906. L’embellie économique de la Belle Époque décomplexe la bourgeoisie qui donne carte blanche à Petersen. Il bâtit des demeures bourgeoises aux dimensions extravagantes, dont les clochetons travaillés, les tourelles élancées, les fenêtres longues et asymétriques, les bow-windows et les médaillons floraux en céramique forment de curieux, mais harmonieux, mélanges de styles. Petersen laisse ainsi exprimer tout son savoir-faire dans des créations raffinées et délicates. On doit également à Viggo Dorph-Petersen le Château d'Aubiry à Céret, le Château Ducup de Saint-Paul au Parc Ducup, le Château de Valmy à Argelès/mer, la Villa de la famille Lazerme à Elne, le château de l'Esparrou à Canet, la Villa Jeanne d'Arc à Céret ( ancien restaurant Les Feuillants), la Villa Camille à Banyuls-sur-mer, la Villa Les Tilleuls (Musée Puig à Perpignan), l'immeuble François Gibrat avenue des Palmiers à Perpignan (Lycée privé Maso), le temple protestant de Collioure, la villa Villeclare à Palau-del-Vidre, la Villa Palauda à Thuir.