Le mot du président n° 100

Lettre aux adhérents n° 100

Mai 2017 

A l'aube de l'été, des ruelles frileuses aux avenues liftées, des places chaleureuses aux quais embouteillés, les façades se parent de nouvelles couleurs, les trottoirs s'effarent
sous les marteaux piqueurs.
Et quelle frénésie tout à coup déployée s'obstine à nettoyer notre cadre de vie ?
Il n'est plus un recoin où ne soient installés containers enterrés ou mobilier urbain.
Et le jour, où d'un coup de baguette magique, de Dali jusqu'au bout renaîtront les boutiques, le quartier de la gare à l'humeur vagabonde, reprendra l'étendard de vrai centre du monde.

Vincent MEYRIGNAC