Le mot du président n° 97

Lettre aux adhérents n° 97

Septembre 2016

LA DÉ-CONCERTATION Le mot « concertation » est souvent interprété selon les avantages qu’il apporte à celui qui concerte. L’association de quartier a été invitée à concerter sur les projets qu’elle porte, comme le marché de la place de Belgique, les fêtes et les animations ou bien à propos des décisions qui font polémique : l’insécurité ou la position des containers enterrés.  Mais pour certains projets d’aménagement qui impactent notre quartier, c’est au mieux un silence radio, au pire des travaux qui s’engagent sans aucune explication. C’est ce qui se passe actuellement au Parc de la Pépinière où des travaux sont en cours, en opposition complète avec le projet que nous défendons depuis plus de 5 ans. De la même manière, l’écoulement miraculeux de l’eau dans le Canal des quatre Casals n’est pas dû aux courriers que nous avons envoyés dénonçant l’insalubrité, mais à la difficulté de naviguer avec des barques sur la Basse. Dans ce contexte, je suis prêt à croire que la rénovation du passage n’est pas pour demain.  L’association est composée de personnes bénévoles et de bonne volonté, mais la bonne volonté, ça se cultive, ou ça s’épuise. Beaucoup de citoyens veulent participer à l’aménagement de leur cité, mais si leurs propositions sont méprisées ou oubliées, les billets d’humeur comme le mien risquent de fleurir dans la presse, ou dans les urnes.

Vincent MEYRIGNAC